Etude pour la rénovation d’un chalet d’alpage / Bourg-Saint-Maurice (73)

Commande : Elise Grognet – Le projet du Reposoir / 2014

SILO-TRAMUS-DESSIN

. Contexte : un reposoir pour artistes

Elise Grognet , artiste et historienne en art, présente ainsi son projet ; « Je souhaite aujourd’hui réhabiliter cet espace, le faire vivre et le partager. De nombreuses réflexions et incertitudes concernant l’avenir de ce lieu se sont présentées et c’est en observant les besoins des personnes m’entourant que se sont dessinées les grandes lignes du projet. En effet, de plus en plus de personnes éprouvent le besoin de se retirer, de s’aménager une pause hors du monde, de son agitation et de son rythme. La retraite par exemple, son silence et sa solitude, permettent cette respiration. J’imagine le site des Tramus comme un espace libéré, un endroit susceptible d’accueillir le doute, le besoin de réflexion, le repos, la désorientation, le vide, la nécessité de se rassembler, de se poser des questions. Se demander pourquoi, pour qui, avec qui on fait les choses, pour quel monde? Les reposoirs sont de petits édifices que l’on élevait autrefois au bord des routes, servant d’abris aux voyageurs. Ils étaient lors de pèlerinages ou de longues transhumances des endroits prévus pour le repos, permettant une halte pendant un long voyage. Le Reposoir des Tramus est un endroit où l’on prendra le temps de rêver sa vie, de créer son propre territoire sensible, un endroit de pause, en arythmie avec la folle course du monde, un espace simple, où le quotidien se déploie et se densifie pour être le cœur des certitudes, l’objet de contemplation, la mesure de toute chose. « 

. La rénovation d’un chalet d’alpage

Le chalet des Tramus, situé à 1420 m d’altitude sur la commune de Bourg-Saint-Maurice en Savoie est un ancien chalet d’alpage. Sa typologie correspond à la définition de ce dernier : un cha- let d’alpage est traditionnellement utilisé de façon saisonnière pour l’habitat et les besoins professionnels des éleveurs et des agriculteurs occupés à la fauche. Sa construction est sommaire et fonctionnelle. Adossée à la pente, la bâtisse se protège des vents dominants et s’imbrique dans le paysage. L’unique porte, à l’Est, ouvre sur la vue de la vallée de l’Isère.

SILO-TRAMUS-7-EDL

Le chalet est construit en maçonnerie de pierres. La technique des pierres irrégulières ramassées dans les prés et empilées à sec est majoritairement utilisée au sud de la Savoie (Maurienne et Tarentaise). La pierre est utilisée du fait de la situation en altitude, là où le bois se faisait rare. Les roches mises en oeuvre aux Tramus sont principalement le schiste (pierre grise en feuillets) mais on trouve également du calcaire et du quartz, roches présentes en Tarentaise. Le sol de Tarentaise est formé de roches de diverses natures, en couches fortement inclinées. Les principales roches sont le calcaire, le quartz, le schiste, le stéaschiste et l’anthracite. La toiture, à faible pente, est recouverte de lauzes de schiste, assez épaisses, de moyennes dimensions.Les couvertures en pierres sont très développées à partir du XIXème siècle pour limiter le risque d’incendie. Les lauzes mesurent environ 50 à 80 cm de large et sont disposées en damier, à recouvrement par tiers sur des voliges. Leurs poids assure la stabilité de la toiture. La charpente est robuste pour supporter le toit en lauzes et le poids de la neige. Seule une ouverture, à l’Est, permet l’accès au chalet. L’entrée est composée de deux pieds droits appareillés portant un linteau de bois débordant sur les appuis.

SILO-TRAMUS-3-SITE-PLM

SILO-TRAMUS-PROJET-0-PRINCIPES

SILO-TRAMUS-PROJET-3

SILO-TRAMUS-PROJET-2

SILO-TRAMUS-PROJET-4

SILO-TRAMUS-2

SILO-TRAMUS-1